Quelques jours à Santorin : ce qu’on ne vous dit pas !

Quelques jours à Santorin : ce qu’on ne vous dit pas !

21/10/18

Pour ceux qui souhaitent lire un article idyllique sur Santorin : vous pouvez passer votre chemin. Je ne vais pas vous faire un teasing incroyable si ce n’est que j’ai été déçue par rapport à l’idée que j’avais pu me faire. En fait, j’ai lu pas mal d’articles sur Santorin. Les photos étaient waou, sans compter toutes les mises en avant faites par les voyagistes… Bref, dans ce post, vous lirez les points positifs mais aussi négatifs.

Quand partir ?

Avec Roméo, nous avons décidé de partir fin septembre / octobre pour bénéficier de tarifs avantageux et aussi éviter le monde. Cette île est très très très fréquentée. Quand j’ai vu avant de partir un reportage aux infos sur Santorin, pour être honnête, j’ai pris peur en me disant qu’on aurait peut-être dû partir hum en Crète ! Pourquoi, je vous cite la Crète tout simplement parce que j’avais regardé les îles grecques desservies par un aéroport.

Comment s’y rendre ?

C’est sûr qu’en partant seulement quelques jours … je ne me voyais pas passer mes nuits dans des ferry. Etre K.O tout le long de mes vacances ça n’est pas trop mon optique :) . J’en profite pour vous indiquer que parmi, les Cyclades, seulement Santorin et Mykonos (petits coquins) ont un aéroport. Si vous partez 15 jours, je pense que faire un périple des cyclades est carrément top. Après c’est une sacrée organisation, entre le temps de transport en bateau et le fait que suivant les îles les navettes sont plus ou moins fréquentes !
Pour notre part, nous sommes partis au total qu’une petite semaine en Grèce. Nous avons opté pour un Paris / Santorin à l’aller avec la compagnie Transavia et un retour Athenes / Paris avec Aegean. Bon, on a fait Santorin / Athènes en avion aussi (évidemment) via Ryanair. Vous devez vous en douter mais nous avons mixé les compagnies pour bénéficier des meilleurs tarifs ! Toutefois, 1ère surprise, avant le départ, Transavia nous a écrit un mail pour nous dire que notre vol initialement prévu de souvenirs à 9h30 était décalé à 6h00 !!! On avait le choix entre accepter, modifier ou se faire rembourser mais aaaaaah. Il n’y a qu’un vol par jour ! J’ai fait la tête, je me suis dit que s’il fallait prendre un taxi vive l’amortissement du prix du vol ! Du coup, on est parti la veille, le vol était à 12h30 plus accessible mais nous obligeait à poser un congé supplémentaire (moins cool).
Autre problématique, le vol Santorin / Athènes était à 8h20 ! Je me suis dit la même chose = bof le taxi. Mais, en fait, Ryanair travaille avec un prestataire de navette tiptop. On a pris la navette à notre arrivée à Santorin pour se rendre à l’hôtel et pour notre départ donc “à l’aube” pour rejoindre l’aéroport. On en a eu pour 40 euros à 2 pour nos transferts. Ils ont été très ponctuels : je recommande vraiment ce type de service plutôt qu’un taxi. En effet, on était seulement 2 dans le minibus ; c’est tout aussi efficace et moins cher. En plus, à notre arrivée à l’aéroport, on nous attend avec la fameuse pancarte prénom / nom : j’adore.

Hébergement et déplacements dans l’île

Le transport étant ok, il fallait qu’on s’attèle à choisir notre hébergement. En ce qui concerne la localisation, je n’ai pas hésité longtemps après avoir lu sur oreavoyages que la gare centrale des bus est située à Fira et que le réseau est en étoile. Ca veut dire que vous êtes contraints de repasser par Fira pour aller dans des villes qui sont plus proches l’une de l’autre que la distance que vous faites pour retourner à Fira. Egalement, vous devez changer de bus et prendre le bus à Santorin, c’est juste l’horreur : il y a un monde fou. Les horaires ne sont pas respectés et ils bourrent les bus qui sont en fait des cars : faut s’accrocher ! Si le bus est chargé, il faudra attendre le prochain : vive les temps de correspondances. Ah et vous devez bien sûr repayer un ticket à chaque changement de bus dont le prix varie en fonction de la distance. Sachez que nous n’avons jamais payé plus de 2 euros un ticket pour un aller simple lors de nos trajets.
Alors vous pouvez louer une voiture mais vous n’éviterez pas les bouchons ! Le mieux peut-être est de prendre un scooter ou un quad et de porter un casque ! Je le précise car ce n’est pas courant sur place.
Pour en revenir au logement, notre hôtel n’était vraiment pas terrible. J’ai regardé le rapport localisation et prix : mauvais choix. Les villes de Fira et Oia étant très touristiques les prix flambent ! Nous avons dormi au Stella Nomikou Apartments que je ne vous conseille pas. L’hôtel est situé à Firostefani exactement, c’est la ville limitrophe à Fira, au bord de la route donc accrochez-vous pour dormir la nuit. On a testé la chambre double pour la 1ère nuit (à cause de cette histoire de départ la veille) et le studio pour les nuits suivantes (moins bruyant, je l’avoue). Pour le studio, il n’était pas du tout équipé juste une plaque de cuisson, un évier et un frigo. Après, l’équipement du studio était stipulé sur le descriptif de booking mais il y avait quand même écrit “bouilloire” : j’ai dû la réclamer. Ce qui m’a vraiment embêtée c’est que c’était sale. Les serviettes ne sont pas changées tous les deux jours et vu les tâches ... je ne sais pas si elles sont vraiment propres ! Nous avons ainsi commencé le séjour sur une note négative. Toutefois, nous n’étions pas venus pour l'hôtel mais pour découvrir l’île.

Fira

Point positif, de notre hôtel, on pouvait facilement accéder à Fira en longeant la côte. Visuellement, le littoral est incroyable, les maisons blanches sont emboîtées tel un tetris géant blanc. L’architecture est original mêlant le cubique et le sphérique avec les églises orthodoxes à coupole bleue. Pour le coup, ce paysage ressemble aux photos que j’ai pu voir. Il y a des mini piscines et jacuzzi quasiment dans chaque maison. Ces maisons sont pour la plupart des hôtels. D’ailleurs, la côte abrite en somme que des hôtels et restaurants. Quand vous vous éloignez un peu, vous avez plein de boutiques de luxe et de souvenirs. La ville est pittoresque mais aussi très attrape-touriste. On se demande où vivent les locaux.

Fira

Firostefani

Tout le monde cherche à avoir la meilleure place au moment du coucher du soleil qui est plus que réputé ! Les restaurateurs en jouent beaucoup : les prix des consommations sont élevés. Il faut compter 10/15 euros pour un cocktail, et pour se restaurer ça n’est pas donné non plus.

coucher du soleilApéro sunset

On en oublierait qu’on est en Grèce où le niveau de vie a plus que chuté avec l’austérité du gouvernement. J’insiste sur ce point car j’ai eu l’impression d’être une vache à lait.
Cette impression a perduré quand nous avons réservé pour une croisière pour visiter le cratère et nous rendre aux sources d’eaux chaudes. En effet, je ne l’ai pas évoqué précédemment mais Santorin est une île volcanique d’où le cratère, les magnifiques falaises, les couleurs de la roche et les sources d’eau chaude.
Toujours est-il que nous avons payé 40 euros à 2 pour cette formule de croisière et pour vous le dire vite, nous avons été traités comme des moutons (pourtant ce sont ânes qui font la navette du bas du port au centre ville ! ). Ils n’étaient pas super aimables. Nous n’avons même pas été comptés en montant dans le bateau (ni lors des escales). En premier lieu, on nous a amené aux sources d’eau chaude (qui ne sont pas très chaudes pourtant, ce jour-là, la météo était fraîche). Il fallait sauter du bateau et nager un peu pour les atteindre, en un temps limité : 30 minutes. Ensuite, ils nous ont déposé sur l’îlot Néa Kaméni où est situé le volcan, et, à mon plus grand étonnement, les organisateurs nous ont indiqué qu’il fallait payer 2,50 euros l’entrée ! C’est eux-même qui se plaçaient aux caisses situées à l’entrée du sentier. J’ai trouvé ça abjecte, certains n’avaient pas prévu de monnaies, ils ont été contraints de rester dans le bateau ! Le plus simple est d’augmenter le prix de l’excursion pas de faire un raquette touristique ! Et, puis, ils ont encore fait courir tout le monde : on avait 50 minutes pour faire le sentier, l’ordre était que si on n’arrivait pas à faire le tour dans le temps imparti nous devions rebrousser chemin. Ainsi, certains n’ont pas pu atteindre le point de vue sur la caldeira (qu’on a pu admirer en bateau ouf).

BateauSentier cratère

VolcanExcursion

Certes c’est une excursion mais j’ai trouvé cela irrespectueux, nous n’avons pas tous les mêmes capacités physiques et puis on est en VACANCES. Une sensation de rendement touristique peu agréable. Je ne développerai pas non plus la condition des ânes (qui sont plus des mulets ou des chevaux au vu de leurs gabarits complètement apeurés par leurs propriétaires ; ils préfèrent raser les murs en se blessant dès que ceux-ci les approchent), sans compter que le crottin est jeté sur les bords du chemin = montagne de crottins ! Alors, svp, si vraiment votre condition physique ne vous le permet pas, prenez le télécabine !

AnesTélécabine

Oia

Cette ville est également très touristique. Nous avions décidé de nous y rendre en prenant le sentier sur la côte de Fira à Oia ; une balade à faire ! Il faut compter 3h en ayant un rythme "cool".

Marche Fira - OiaMarche

On a bien apprécié les paysages: vous en prenez plein les yeux. Quant à la ville, elle paraît plus humaine et pittoresque. Nous avons mangé sur une terrasse dans un restaurant face à la mer c’était waou.

Moulin OiaRestaurant

Eglise OiaVille Oia

Akrotiri

On parle souvent d’Akrotiri pour la Red Beach et son site de fouille (que nous n’avons pas fait). C’est une des étapes à faire inévitablement quand vous partez à Santorin. La roche est très rouge, ça fait vraiment de jolis contrastes de couleurs.

Maison - AkrotiriRed Beach

Paysage Red Beach
Quant au village, il est accessible par un sentier non loin du parking face au site de fouille. Une fois arrivé, je vous conseille de monter jusqu’au château vénitien. Bon, nous avons eu la surprise de quelques ordures dans les recoins : que c’est dommage ! Les dépôts anarchiques sont un vrai problème sur Santorin, ça enlève toute la magie au site.

Château

Recoin - orduresVillage Akrotiri

Pyrgos

Pour éviter l’attente et un bus plein à craquer, nous avons décidé de nous rendre à pied à Pyrgos. Etait-ce bien sérieux ? Oui et non, physiquement nous n’avons pas eu de problème. Par contre, au niveau du chemin, c’était moins sympa que la marche qu’on avait pu faire entre Fira et Oia. On longeait la route en observant toutes les ordures : youpi. Le village en lui-même est joli, il est beaucoup moins fréquenté que ceux qu’on avait pu faire avant. On s’est bien baladé et on est monté jusqu'au château sur les hauteurs qui assure un bon point de vue.

Eglise PyrgosVille de Pyrgos

Château de PyrgosOrdure de Pyrgos

Mon avis sur Santorin

Cible : En couple ou entre amis

Période la plus favorable : Au niveau de la météo entre mai et début octobre mais en terme d’affluence évitez les vacances scolaires.

Activités : Baignade, shopping, balade, croisière.

En chiffre pour deux personnes :

  • 315 euros pour l’hébergement
  • 400 euros pour les vols
  • 10/15 euros par cocktail
  • 3 euros pour un gyros (=grec)
  • 5 euros pour un demi de bière

Les +

  • Les côtes de Fira et Oia
  • Le coucher du soleil
  • L’architecture des villages et églises

Les -

  • Le dépôt anarchique d’ordures
  • L’accueil
  • Les transport locaux
  • Les tarifs pratiqués

Ce que j’ai repéré pour vous :

Où dormir ?

Locations
3 daughters(in the centre of santorini)
Calderimi Traditional Family house

Hôtels
Zorbas Hotel Santorini
Olympic Villas

Où manger ?

Restaurants
Terra Nera
Meltini
Metaxy Mas Tavern

voir leTOP 10 sur Tripadvisor

Partager
Laisser un commentaire