Chronique d'une femme enceinte : 8 mois

3 Janvier 2021 #Grossesse # Endométriose # Maternité

Je vais exploser ! Je ne pensais pas que cela serait si compliqué que de mettre des chaussettes ahah. Le bas du dos morfle pas mal, je trouve quand même que j’ai peu de douleur type sciatique ça reste assez léger. Du coup, j’ai investi dans une bouillotte koala et je trouve que ça marche bien tout comme le ballon de grossesse. Sinon, c’est peut-être normal mais j’ai les entrailles en miette ; ma vessie est en feu mais vraiment à l’intérieur c’est souffrance, je pense que cela vient de l’endométriose et de mon nodule sur la vessie. Comme bébé asticotte est basse, elle doit appuyer dessus !

En tout cas, ce mois marque les dernières visites “importantes” comme le RDV du 8ème mois, la dernière échographie, et le RDV pour l’anesthésie !

Le RDV du 8ème mois était avec une autre obstétricienne, la mienne changeant de service… Cela s’est bien passé, elle m’a demandé mon accord pour le sens de la cicatrice de la césarienne (si césarienne) car apparemment d’emblée le corps médical préfère poursuivre la cicatrice existante (par esthétisme à ce que j’ai pu comprendre) mais cela est moins simple pour eux en vertical plutôt qu’en horizontal. J’ai donc donné mon accord pour me faire charcuter en horizontal si besoin !

Sinon, on est retourné voir la même sage-femme que pour l’échographie du T2 non loin de chez nous pour celle du 3ème trimestre mais nous avons été bien déçus. Elle nous a un peu expédiés et puis on a eu le droit qu’à un cliché de l’asticotte en 3D. Elle a vu que j’avais des contractions lors de l’examen et m’a dit qu’il fallait que je me repose … mais rien d’autre donc on en a déduit que tout allait bien. Pour vous dire, elle n’a même pas estimé son poids à la naissance mais elle fait déjà 1,9 kilo en début de mois 8 donc elle est dans les “percentiles” (les fameuses “échelles” qui déterminent si votre bébé est “dans les clous”).

En ce qui concerne le RDV à la maternité pour l’anesthésie, cela s’est bien passé. J’ai refait une prise de sang pour mon groupe sanguin. Le médecin m’a alerté sur le fait de bien prendre le fer qu’on m’avait prescrit car j’ai une carence importante (c’est le cas de beaucoup de femmes enceintes) et que cela peut être compliqué après l’accouchement (ça peut aller jusqu’à la transfusion). Elle m’a bien expliqué comment se passait une péridurale sans acter quelconque décision, j’ai trouvé cela super intéressant. Elle m’a tout de même conseillé au vu de mon état de santé de viser la péridurale pour des questions médicales et d’anesthésie en cas de soucis (et de césarienne : encore !), même si je ne vous cache pas que cela correspond déjà à mon choix. Vu ma grossesse, j’ai juste envie que l’accouchement se passe sans douleur :)

Que vous dire de plus ce mois-ci, pour le cinquième cours de préparation à l’accouchement, on a abordé le pré-travail et le travail, en somme, comment gérer les contractions, savoir que c’est bien des contractions de travail… prendre le temps de se préparer avant de partir car nous n'aurons sûrement pas le temps de nous laver les cheveux par exemple. C’est lors de ce cours qu’elle nous a conseillé l’achat d’un gros ballon pour réaliser les différentes postures lors des contractions du travail. Il peut aussi être utile avant pour les femmes qui ont mal au dos et après pour bercer son bébé.

Pour le sixième cours, c’était long et je peux moi-même vous le résumer en une phrase. "S'autoriser à gémir quand on a mal”. Honnêtement, on a passé une heure là-dessus, c'était ZZZzz. La sage-femme a abordé la pression sociale et culturelle ; le fait d’être courageuse, de souffrir en silence… Elle a repris l’historique sur la respiration du “petit chien” et nous a dit qu’on savait respirer. Elle nous a précisé qu’il fallait, par contre, gémir en son grave et non aigu pour que cela apaise le bébé. A la fin du cours, elle nous a indiqué qu'elle ne nous apprendrait pas donc pas à respirer mais à pousser au prochain cours.

Je ne vous cache pas que cela m’a laissé perplexe… et désormais, enfin depuis le 29 octobre 2020 (voir remarque en pied de page), confinement again ! Les deux derniers cours à la maternité ont été annulés, je suis un peu dégoutée.

Du coup, j’ai pris RDV chez une sage-femme à côté de chez moi. Elle m’a reçue 5 minutes pour me dire de venir au cours de préparation collectif du lundi qui suivait, ça m’a débité d’un cours du coup (pas cool). Elle m’a parlé furtivement du fameux “projet de naissance” dont honnêtement à part à l’émission “La maison des maternelles” que je regarde depuis peu : je n’en avais pas du tout connaissance.

Le cours collectif “du lundi” (donc) était un cours type yoga (horrible pour moi qui souffre du bide - vive la frustration de voir les autres femmes en super forme) et explications en même temps, j’ai trouvé cela plutôt complet et j’ai appris pas mal de choses dont à respirer et à pousser ! Du coup, je n’ai plus de cours et je n’ai aucune idée de comment cela se passe pour les remboursements si j’en fais un de plus, je n’ai pas eu de retour à cette question de la sage-femme. Alors hein : je suis prête :)

A dire vrai, depuis le début de ma grossesse, je ne vous cache pas que je me sens un peu à l’arrache en terme de suivi. Le contexte fait qu’il a été difficile de prendre des RDV, de faire face à des conditions bon… entre laboratoire blindé, absence de retour de la maternité, changement de sage-femme pour déménagement pour les échographies, changement d’obstétricienne parce qu’elle passe au service chirurgie... J’ai calculé en tout ça fait déjà 6 gynécologues (dont deux internes), 4 sages-femmes, 1 échographe : t’as juste l’impression que ton corps ne t’appartient plus. Ils ont quasiment tous vu mon entrejambe, certes, je suis “habituée” avec l’endométriose mais franchement... T’as l’impression d’être une vache, enfin un animal sans compter que je vais voir d’autres personnes à l’accouchement. Je comprends maintenant les femmes qui accouchent dans des cliniques où c’est peut-être une idée reçue mais on est davantage cocoonées, nan ?

Je me suis dit que je ferai bien un projet naissance au moins pour parler de cet aspect là avec diplomatie : notifier que j’aimerais, bien entendu, dans la mesure du possible ne pas avoir affaire à plein de monde qui touche mon vagin et qu’on m’explique ce que l’on veut me faire sans compter le fait de me demander mon accord. J’ai commencé à faire une liste de questions pour mon dernier RDV avec l'obstétricienne (la 7ème gynécologue !) qui a lieu un peu avant la date du terme (c’est quelque chose que je fais souvent de peur d’oublier de demander un élément) et le projet de naissance en fait partie. En soi, je n’ai jamais accouchée alors difficile pour moi de percevoir les choses. Je pense tout de même important d’aborder les sujets des mesures liées à la covid-19 (forcément), l’allaitement, du cordon ombilical, et de la péridurale mais pour la position et j’en passe ; clairement je n’ai aucun recul. J’ai plus dans l’idée de faire confiance au corps médical d’autant que ça dépend de comment cela se passe.

Vous l’aurez compris à la longueur de mon article, le 8ème mois a été dense. Je vous montre l’évolution de mes cicatrices et ce n'est pas jojo ! Mon nombril est devenue définitivement une pastille ah ah :) 

Je me demande comment sera mon ventre à l'accouchement. La cicatrice s'est bien élargie mais voyons le côté positif : toujours pas de vergetures alors on touche du bois (c'est qu'on ne peut pas tout cumuler hihi).

Je pense que je couplerai l'article du 9ème mois avec l'accouchement (aaaaaaaah). En tout cas, si vous avez raté un épisode vous pouvez lire mon témoignage du mois 7.

N.B : Mois 8 - 31 SG à 34 SG / 33 SA à 36 SA selon le site journaldesfemmes.fr.

P.S : les articles sont écrits à date mais publiés en décalage, superstition oblige...et puis temps logistique etc. aussi bien sûr !

Partager