Chronique d'une femme enceinte : 1 mois

4 Octobre 2020 #Grossesse # Endométriose # Maternité

Dans un premier temps, je préfère jouer carte sur table... J’ai hésité à étaler des éléments plus ou moins personnels mais à regarder sur Internet pour trouver des témoignages de femmes qui cumulent (oui, on peut parler de cumul je pense) comme moi : endométriose et cicatrice sur le ventre, ça n’a pas été aisé. Bien sûr, je suis tombée sur quelques témoignages sur de femmes atteintes d’endométriose mais pour la cicatrice cela tournait toujours autour de la césarienne et non d’une verticale (bien 20 cm) en plein dans les abdos accompagnée d’une sur le côté type appendicite (assez développée, je suis née dans les années 80) ! Du coup, je me suis dit que j’avais envie de vous conter la mienne non pas parce qu’elle est ouhouh mais juste pour livrer mon expérience aux femmes qui rencontrent les mêmes soucis, pas forcément cumulés hein.

Un aperçu de la bête...

Bref, tout a commencé par un mal de cœur persistant, période de confinement, je me suis dit que je devais être fatiguée. (Très) Mal à la poitrine, je me suis dit bon ça doit être mes règles qui arrivent : j’ai lu que le cycle menstruel pouvait être déréglé au vu du confinement. Je me suis tout de même décidée à faire un test de grossesse : PAF +, du coup, j’en ai refait un pour m’en assurer et toujours positif (je suis sûre que je ne suis pas la SEULE à avoir fait ça)! J’étais quand même plutôt étonnée. Vous l’aurez compris, je ne pensais pas être enceinte aussi vite après l’arrêt de ma pilule. Il faut dire que pour tout vous avouer, je n’ai pas eu un seul cycle après l’arrêt sans compter le fait que je suis atteinte d’endométriose comme je vous l’ai dit plutôt ce qui m’a bien bousillé à l’intérieur. En fait, cela faisait plusieurs années que j’étais en aménorrhée (= sans règles pour les non avertis).

J’ai pris du temps à réaliser, j’avais ces douleurs persistantes qui revenaient, je pensais que c’était mes règles. Et oui, qu’est ce qu’on ne dit pas aux endogirls en boucle “la grossesse fait disparaître le temps de celle-ci les symptômes”. Je peux vous dire que comme cette sympathique maladie a attaqué entre autres ma vessie ; je souffre. Les douleurs sont similaires à celles que j’ai sans être en aménorrhée.

Enfin, pour vous dire que je crois que j’ai pleinement pris conscience de ma grossesse après les résultats de la prise de sang. Je me suis dit bon deux tests de grossesse et un test sanguin, il y a peu de doute que ce soit une erreur :)

Au vu de ma situation particulière (si j’ose dire) tant liée au fait que je suis tombée enceinte sans cycle et ma maladie chronique, j’ai fait une première échographie à 5 SA comprenez 5 semaines d’aménorrhée et non 5 semaines de grossesse. En fait, il existe un écart d’un peu près 15 jours à ce que j’ai pu comprendre mais d'autres personnes sur le net vous l'expliqueront mieux que moi ! Roméo n’étant pas autorisé à m’accompagner en cette période de confinement, je m’y suis rendue seule. Ai-je besoin de vous dire le stress dans lequel cela m’a mise de réaliser cet examen, l’adénomyose (la copine de l’endométriose) peut empêcher la nidation, et comme j’avais une grosse douleur à droite, due aux adhérences pour ma gynécologue, mais pour moi qui regarde sur Doctissimo c'était une douleur de fausse couche. J’ai donc pu être rassurée quand l’échographe m’a sorti un “ce n’est pas un œuf clair, vous êtes bien enceinte”. Cela étant dit je trouve énigmatique d’annoncer cela comme ça, le petit tour sur le net m’avait permis de comprendre le jargon employé car honnêtement parler d’œuf à une personne lambda comme moi hihi. Toujours est-il que le cœur ne battait pas encore, j’étais donc bonne pour y retourner dans 2 semaines pour une meilleure datation (pour les non avertis = déterminer l’âge de la grossesse).

La fatigue, la nausée persistante, la vessie en feu, les paroles de l’échographe faisaient écho (oh oh oh) ; je me sens davantage malade qu’enceinte. Affreux à dire mais si vrai, cela ne passe pas, rien ne passe. J’ai quelques envies culinaires mais les nausées reprennent tellement vite le dessus. Il est vrai que le mal de ventre en bas à droite a disparu...au profit des tiraillements sur mes cicatrices ! Et oui, je suis le combo gagnant le jackpot : comment vivre un début de grossesse au summum du confort. Je me suis demandée si mon ventre allait tenir...et moi avec. Merci occlusion intestinale : ça doit vraiment être beurk à l’intérieur, enfin nan, pas mon petit grain de riz :)

Pour les nausées, j’ai essayé le gingembre, l’homéopathie, le miel, le coca, les collations rapprochées : pourquoi donc ça ne fonctionne pas ! Moi, les copines, elles ne m’avaient pas dit que le début de grossesse (j’espère que le début) c’était nauséland ! J’ai geeké et ils disent que ces nausées passent après le 1er trimestre : allo allo, 3 mois ! J’en suis qu’à 1 mois, comment vais-je faire pour tenir ? L’odeur du frigo, de certains produits me rebutent c’est beurk. Ce n’est donc pas un mythe !

Je me force à bouger et d’autant plus au vu d’être bloquée chez moi (comme la majeure partie d’entre nous à cause du coronavirus et des mesures sanitaires à respecter) à faire des cours de sport de femmes enceintes le week-end : yoga /fitness. Et beh, y en pas beaucoup sur Youtube ! Mais les hauts de cœurs sont terribles, j’ai qu’une envie m’affaler sur le canapé en mode foetus. Et encore, cette position n’est pas tip top. Mon sommeil est atroce, cela me tire beaucoup sur la droite, j’ai cette impression d’être serrée dans mon propre corps. La même sensation que j’ai pu avoir lors de la reprise (comprendre seconde opération chirurgicale) de ma cicatrice à mes 20 ans à cause des nombreuses adhérences comme il s’agissait d’une cicatrice de naissance. Pour être plus précise, j’avais un renfoncement entre autre sur la peau et puis les adhérences ça tire quand vous faites du sport par exemple.

Alors je masse mon corps, crème, huile, gel… je change. Les odeurs m’insupportent et j’ai peu d’accalmie pour les nausées.

La suite des aventures le mois prochain…

P.S : les articles sont publiés en décalage, superstition oblige...et puis temps d’écriture etc. aussi bien sûr !

Partager