Mes 5 conseils pour adopter un animal

13 Avril 2020

Mes recommandations et astuces

Nous ne sommes pas les seuls à subir le confinement, nos amis les bêtes sont aussi concernées. Les déplacements pour adoption n'étant pas prévus, les refuges sont en surpopulation. Afin d'éviter des euthanasies massives, le Gouvernement a autorisé à partir du 16 avril les déplacements liés à l’adoption d’un animal à la SPA. Bien sûr, il conviendra d’avoir son attestation et pour plus d’information, vous pouvez vous rendre sur le site de l’association pour pouvoir adopter tout en respectant les mesures liées au coronavirus.
Après, cela faisait quelques temps que j’avais aussi envie d’aborder le sujet de l’adoption sur le blog. Au-delà d’une démarche c’est un engagement et je pense qu’avant d’adopter un animal, il faut se poser les bonnes questions

Avez-vous assez de temps à consacrer à votre animal ? Pensez-vous financièrement pouvoir assurer les frais relatifs à son alimentation et sa santé ? Prendrez-vous votre animal en vacances ? Avez-vous une méthode de garde ?

Parce que, oui, un animal, c’est recevoir beaucoup d’amour mais c’est aussi prendre l’engagement de s’en occuper sur plusieurs années.

Si vous êtes arrivé(e) jusque là c’est que vous êtes déterminé(e) dans votre démarche. 

Maintenant, la question est de savoir, êtes-vous plutôt, chien, chat ou rongeur (... mygale !!) ? Votre logement peut-il recevoir un animal ? 
Nul besoin de vous rappelez qu’adopter un chat quand on habite au 10ème étage sans balcon est une mauvaise idée. Tout comme, un berger allemand dans un studio de 20m2 peut être encombrant et peu vivable pour vous et pour lui !
Ensuite, il est vrai que d'emblé, nous sommes amenés à vouloir adopter un animal dès son plus jeune pour l’habituer à notre environnement et parce que “quand c’est petit c’est mignon”. 
Néanmoins, je me dois de vous rappeler que votre animal va grandir (prévisible vous me direz). C’est d’ailleurs en parti pour cette raison que beaucoup sont abandonnés (avec entre autres les départs en vacances).  
Pour rappel, un animal n’est pas un jouet. C’est un petit coeur qui bat et qui vous prend d’affection. 
Bref, l’instant “moral” étant passé, sachez qu’adopter un animal adulte peut avoir certains avantages. Vous pouvez d’ores et déjà percevoir sa personnalité. En plus, son éducation est faite (ou à améliorer certes) et vous pouvez adopter en refuge sans dépenser une somme astronomique.

1 - Trouver votre petite bête

J’ai dégagé 3 possibilités pour vous de trouver votre petite bête :

Les prix sont assez élevés, il s’agit bien souvent d’animaux dits LOF (chien) ou LOOF (chat) appartenant en fait au registre des animaux classés et traçables généalogiquement en France. On emploie d’ailleurs souvent le terme de “pedigree”. 
Le choix y est vaste (poissons, chiens, chats, rats …). Personnellement, cela me crève le coeur de voir les animaux enfermés dans des boites en verre. Je trouve que le côté “élevage” est particulier. 
Toutefois, j’arrive à comprendre que lorsqu’on souhaite un animal spécifique il n’y a que peu de possibilités, et puis grâce à vous, il pourra vivre pleinement et recevoir tout plein d’amour !

Ils proposent d’adopter comme j’ai pu l’évoquer plus haut, des animaux qui ne sont plus “bébé” (enfin ça arrive mais il y en a très peu et les frais demandés à l’adoptant sont généralement plus élevés). 
En se baladant, sur ces sites, vous verrez de nombreux jeunes chiens et chat adultes dont les maîtres se sont débarrassés sans doute parce qu’ils étaient plus encombrants que prévus et qu’à la venue des vacances ils ne savaient plus quoi en faire (un peu comme on changerait de smartphone pour un plus récent).
Je ne vous le cache pas c’est assez “tire-larmes”. Il faut être accroché pour lire les 1001 histoires vécues par ses animaux rejetés (jeunes ou vieux) et parfois handicapés (récupérés dans la rue, maltraités…).  Les chats noirs, par exemple, sont victimes de vieilles balivernes.
Je vous conseille de vous déplacer sur place : le coup de foudre est assuré. Vous pourrez rencontrer les animaux. Gare à celles et ceux qui partent avec une idée en tête, vous qui souhaitez absolument un chat tigré... peut-être repartirez-vous avec ce chat blanc qui ronronne à votre arrivée devant sa cage. 
Sachez que des frais dits “d’adoption”, vous seront demandés. Ils couvrent les soins primaires reçus par l’animal (vaccins, identification, toilettage, alimentation, et éventuellement stérilisation). Il s’agit clairement d’une demande de participation et non de “payer l’animal”. Cette somme est différente selon les refuges et l’animal adopté. Si l’animal n’est pas stérilisé, il n’est pas rare qu’il vous soit demandé un chèque de caution pour s’assurer que l’animal sera opéré par la suite.
Les associations proposent aussi la plupart du temps un suivi pour voir si l’animal est accueilli dans de bonnes conditions. 

  • Entre particuliers (sites, annonces …)

Il est tout à fait possible de tomber sur une annonce au pied de votre immeuble ou sur un des nombreux sites Internet qui met en relation des particuliers.
Le plus connu, certes, c’est celui du boncoin. Pour la petite histoire, c’est sur ce site que j’ai adopté mon chat Léon qui n’est pas un chat de race.  J’avais également adopté un hamster, il y a quelques années, car les propriétaires souhaitaient s’en débarrasser pour cause j’imagine d'allergie. Justification plus ou moins valable mais je préfère que les gens mettent une annonce pour don que d’abandonner l’animal dans la rue.

Bref, avant d’adopter un animal à un particulier,  je tenais à vous alerter sur ces deux points :

  • Vous prenez le risque que l’animal soit malade, non déclaré et j’en passe (âge de l’animal…).
  • Vous pouvez vous faire arnaquer financièrement. Préférez toujours rencontrer l’animal et n’acceptez pas de payer une quelconque somme avant de l’avoir vu et examiné et bien sûr que tout soit en règle !

Il est important de savoir l’âge de l’animal (s’il est sevré ou non), examiner ses yeux, son pelage, marche t-il correctement … Si vous ne côtoyez pas beaucoup d’animaux, je vous conseille de regarder des images sur Google quant au gabarit : poid/taille/âge. De même, si vous pouvez être accompagné lors de votre rencontre avec l’animal, c’est un plus.
Dans tous les cas, pensez à réaliser une visite chez le vétérinaire. Votre chat/chien peut avoir des puces et besoin d'être vermifugé avant la 1ere visite dite “du vaccin”.

2 - Bien accueillir votre animal

Ca y’est votre animal va débarquer à la maison ! Avez-vous pensé à tout ?

Ci-dessous, je vous ai concocté une liste de l’équipement indispensable à prévoir :

  • Cage de transport et accessoires (collier, laisse...),
  • Contenant (cage pour les rongeurs, aquarium…),
  • Collier et grelot d’identification pour les chats/ chiens/ furets,
  • Anti-puces, vermifuges,
  • Gamelles,
  • Alimentation ,
  • Litière et bac,
  • Jeux.

3 - S’occuper de sa santé

Comme j’ai pu l’évoquer précédemment, l’adoption d’un animal est un engagement. Vous êtes désormais responsable de sa santé. 
Vous vous devez de réaliser une première visite chez le vétérinaire pour vérifier que tout va bien. Votre chat/ chien doit nécessairement être pucé (ou tatoué plus rare désormais). Cette puce électronique de la taille d’un grain de riz contient l’ensemble de vos coordonnées. Ainsi, en cas de déménagement ou de don/vente de l’animal, vous pourrez changer sur le site internet de la puce vos coordonnées. 
Sachez que si vous trouvez un animal dans la rue, vous pouvez le ramener chez un vétérinaire qui le bipera (oui bon en somme c’est ça) et pourra identifier son propriétaire.
En dehors de son identification, il est conseillé de réaliser une visite par an pour s’assurer que l’animal est en bonne santé. Vous aurez alors tous les conseils nécessaires concernant son alimentation, et la fréquence de la prise de vermifuge ou anti-puce, par exemple. Cela vous rassurera et en plus c’est important d’habituer l’animal à aller chez le vétérinaire afin qu’il n’ait pas de difficultés à le manipuler. Vous aurez aussi moins de mal à le soigner si cela s’avérait être nécessaire à un moment ou un autre. Quand on peut éviter une anesthésie pour soigner un animal c’est un plus pour lui et votre porte-monnaie !

Côté budget, comptez environ, pour un chat (ces chiffres sont liés à l’accueil de mon Léon bien sûr):

  • 40 à 70 euros pour la pose d’une puce électronique
  • 60 à 80 euros pour une vaccination annuelle
  • 70 à 100 euros pour une stérilisation 

Les tarifs sont bien donnés à titre indicatif hein !

Pour ma part, je suis allée pour Léon à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort. Sachez que la puce peut être posée au moment de l’opération de stérilisation pour éviter un stress supplémentaire à l’animal. Par ailleurs, en fonction de votre situation (RSA, non imposable), vous pouvez demander une réduction des frais.
Les écoles vétérinaires bénéficient d’un bon matériel et pratiquent des tarifs avantageux. 
Il existe aussi d’autres alternatives si vous avez des difficultés financières à soigner votre animal. La fondation assistance animaux dispose par exemple de 5 dispensaires répartis sur la France entière.
Je vous conseille de ne pas hésiter à demander à votre vétérinaire des facilités de paiements. 

4 - Prévoir un budget alimentation

Comme nous, notre petit bête aura besoin d’être nourri. En fonction de l’animal, le budget peut vite grimper.
Avec Roméo, on aime faire plaisir à Léon qui apprécie tout particulièrement les patés en sauce dites “soupes” comme le Sheba soup et le Gourmet Crystal soup donc pas donné.
En plus, notre petit chat mange des croquettes vétérinaires spécifiques pour ses reins car il a fait une grosse infection urinaire suite à sa castration et est devenu très sensible. Je lui donne sur les conseils de mon vétérinaire les croquettes Royal Canin Vdiet Urinary S / O qui existent aussi en moderate calorie si votre chat ne bouge pas trop… Je lui ai fait un petit mélange dernièrement avec les croquettes True Instinct.
Après, en dehors des petits plaisirs et autre inconvenance de santé, le budget dépend aussi du gabarit et du type de l’animal ! Vous pouvez toutefois essayer de cuisiner des repas vous-même. Attention, par contre, à bannir les aliments interdits en fonction de votre bête.
Personnellement, à part mélanger des haricots verts à de la pâté, je n’ai jamais cuisiné pour Léon.
En somme, comptez minimum 20 euros par mois pour un chat / chien de petite taille et si vous avez un serpent hum courage pour les souris congelées, les Saint-Bernard doivent aussi beaucoup engloutir !

5 - Adapter ses vacances

Avec Roméo, comme vous avez pu le voir sur mon blog, on part souvent en vadrouille et on ne peut pas toujours emporter Léon. Honnêtement, nous n’avons pas aussi envie de lui infliger des trajets inutiles, c’est tellement stressant pour lui de rentrer dans une boîte. J’ai essayé un stick pour le détendre mais aucun résultat probant. Il existe d’autres produits pour apaiser votre animal avant la prise de transport, néanmoins, tâchez de demander l’avis à votre vétérinaire avant ! En tout cas Feliway ne fonctionne pas sur notre chat.
Pour la garde, nous avons la chance d’être bien entourés et que Léon soit facile à garder : une vraie crème. Pour ceux qui n’ont pas cette possibilité, prenez un petsitter sur animaute, dogvacances ou encore wepetsitty. En plus, vous avez le choix entre laisser votre animal chez vous ou au domicile du petsitter. Les tarifs sont corrects ; une vraie avancée !

Alors toujours prêt à adopter un animal ?

Partager